Les cours



Programme :

latoilefilante_2017_01_06.pdf

tab_latoilefilante_2017


Cet été : UDA Bruxelles : « Il était une fois l’Amérique » 


UDA : 2017-2018

SURFONS SUR LA VAGUE (7 séances)

La Nouvelle Vague a constitué une relève générationnelle massive, inconnue jusqu’alors dans le milieu très fermé du cinéma français. Entre 1958 et 1962, plus de 150 cinéastes débutent. Parmi eux, on trouve les critiques des Cahiers du Cinéma (François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Eric Rohmer, Jacques Rivette…) qui avaient tiré à boulets rouges sur le cinéma institué. Autodidactes, ils vont faire leurs armes dans le court-métrage puis s’imposer au Festival de Cannes en 59.  Malgré leurs différences irréconciliables et leurs jugements parfois péremptoires, ils vont imposer une façon novatrice de faire du cinéma: plus passionnée, plus audacieuse, plus personnelle.  Retour sur un mouvement qui continue d’inspirer les réalisateurs aux quatre coins de la planète.

A l’UDA BXL les jeudis de 10h à 12h

Les 9/11, 16/11, 23/11, 30/11, 7/12, 14/12, 21/12/2017

 

A l’UDA LLN les vendredis de 11h15 à 13h15

Les 10/11, 17/11, 24/11, 1/12, 8/12, 15/12, 22/12/2017

 

LES GRANDS CLASSIQUES III (7 séances)

Ce nouveau tour d’horizon des oeuvres majeures de l’histoire du cinéma nous fera voyager du Japon aux Etats-Unis en passant par la France, l’Italie ou la Pologne. Au programme : Panique de Duvivier, la première adaptation des « Fiançailles de Mr Hire » de Simenon ; L’homme invisible de James Whale, fleuron de l’âge d’or du cinéma fantastique américain; Rashomon où Kurosawa ouvre les portes de la modernité en confrontant différentes versions d’un même événement tragique ; Cendres et diamant d’Andrzej Wajda, centré sur le désarroi de la Pologne dans l’immédiat après-guerre ; La soif du mal d’Orson Welles qui y fait une composition magistrale dans le rôle d’un policier très inquiétant; Amarcord de Fellini, reconstitution à la fois fantasmée et réaliste de la jeunesse de l’auteur ; Le fantôme de la liberté de Bunuel qui brise toutes les règles habituelles au nom d’un surréalisme décapant.

 

UDA BXL le jeudi de 18h à 20h

Les 26/10, 23/11, 14/12/2017

Les 22/2, 22/3, 26/4, 24/5/2018

 

 

INITIATION A L’ANALYSE DE FILMS (7 séances)

« Bien regarder, je crois que ça s’apprend » déclare Emmanuelle Riva dans Hiroshima, mon amour. Ce cycle n’a d’autre but que de vous donner les outils nécessaires pour mieux décoder les films des grands réalisateurs et comprendre leurs choix esthétiques. Pourquoi Tourneur privilégie-t-il le hors-champ ? Que signifie un travelling pour Ophüls ou Varda ? Comment Godard ou Resnais ont-ils révolutionné le montage ? Abondamment illustré d’extraits, des frères Lumière aux frères Dardenne, ces séances  entendent montrer la diversité des approches artistiques possibles. Accessibles à tous, elles ne se focalisent pas sur la technique mais la voient comme un moyen d’exprimer les visions du monde de cinéastes nommés Chaplin, Renoir, Hitchcock, Lang, Peckinpah, Antonioni, Losey, Kubrick ou Spielberg…  Et maintenant : Lumières ! Caméra ! Action !

UDA BXL le mardi de 14h à 16h

Les 3/10, 10/10, 17/10, 24/10, 7/11, 14/11, 21/11/2017 

 

 

SAISON 2017/2018 : DEUXIEME QUADRIMESTRE

CARREMENT A L’OUEST : LE WESTERN (6 séances)

« Quand la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende ! ». Cette réplique de L’homme qui tua Liberty Valance résume bien l’écart entre l’histoire véridique de la conquête de l’Ouest et la vision qu’en a donné le cinéma dès sa naissance. Mais, au fil du temps et des soubresauts de l’Amérique, passée de l’esprit des pionniers reculant jusqu’au Pacifique la Frontière à la guerre du Vietnam, le mythe du cow-boy pur et dur ou celui de l’Indien sanguinaire ont pris du plomb dans l’aile. Mettons-nous donc en selle pour suivre la piste, étalée sur plusieurs décennies, de John Ford, Raoul Walsh, Howard Hawks, Anthony Mann, Budd Boetticher, Sam Peckinpah, Robert Altman, Sergio Leone ou Clint Eastwood. De quoi revisiter les grands classiques et les œuvres moins connues d’un genre qui fut jadis l’un des plus importants du cinéma américain.

A l’UDA BXL les jeudis de 10h à 12h

Les 22/2, 1/3, 8/3, 15/3, 22/3, 29/3/2018

 

A l’UDA LLN les vendredis de 11h15 à 13h15

Les 23/2, 2/3, 9/3, 16/3, 23/3, 30/3/2018

 

KEN LOACH LE COMBATIF (6 séances)

Alors que le Free Cinema britannique jette ses derniers feux, la BBC prend la relève au début des années 60 et permet à de nombreux talents d’émerger. Parmi eux : Ken Loach, dont les docu-fictions vont capter l’ambiance festive du Swinging London mais aussi pointer, comme dans Cathy Come Home, les carences de l’ Etat-Providence.  Passé au cinéma en 67, Loach continuera dans la même voie avec Poor Cow, Kes, Family Life... Raining StonesAxé sur le quotidien des travailleurs ou des laissés-pour-compte,  les films de Loach  furent longtemps boudé par le public, notamment anglo-saxon. En 93, lui permet enfin d’atteindre une large audience.  Depuis,  il n’a cessé d’accumuler les récompenses (dont la Palme d’Or cannoise pour Le vent se lève et I, Daniel Blake)  sans jamais baisser sa garde.

 

A l’UDA BXL les jeudis de 10h à 12h

Les 19/4, 26/4, 3/5, 17/5, 24/5, 31/5/2018

 

A l’UDA LLN les vendredis de 11h15 à 13h15

Les 20/4, 27/4, 4/5, 18/5, 25/5, 1/6/2018